gérer la peur
Émotions

Gérer la peur : les réponses à 3 questions incontournables

La peur est une émotion qui fait partie des émotions principales. Son intensité s’étend de l’appréhension jusqu’à la terreur. Lorsque nous avons peur nous ressentons des symptômes physiques comme l’accélération du rythme cardiaque, un afflux de sang vers le cœur (qui explique que les lèvres deviennent pâles) une augmentation de l’oxygénation (qui explique que la respiration se fait de plus en plus rapide).

La peur est un donc mécanisme de l’organisme qui nous permet de réagir en cas de danger : c’est ce qu’on appelle le bon stress. Mais la peur peut aussi devenir un mécanisme quotidien, elle se transforme alors progressivement en stress chronique : un stress que l’on ressent un peu en permanence.

Gérer la peur n’est donc pas une option, et pour vous aider on répond aux trois questions que vous vous posez le plus dans cet article.

1. Qu’est-ce que la peur ?

Avoir peur c’est ressentir du stress. La peur et le stress ont quasiment les mêmes mécanismes cérébraux, biologiques, physiologiques et physiques. Lorsqu’on a peur, c’est que nous percevons un danger. Connaitre les mécanismes de la peur est déjà un premier pas pour gérer la peur car cela permet de mieux l’identifier.

Quand on a peur

L’information est transmise à notre cerveau par nos récepteurs sensoriels qu’une situation est menaçante. Le cerveau orchestre ensuite toutes les réponses fonctionnelles – les mouvements et les variations des fonctions vitales comme l’oxygénation, le rythme cardiaque, la tension artérielle – pour nous permettre de répondre à la source de danger en étant plus vif(ve)s, plus réactif(ve)s, plus efficace.

Pas étonnant que de nombreux élèves et étudiants utilisent la méthode de la dernière minute pour faire leurs devoirs : ils font appel au stress – peur des parents, du prof, de la mauvaise note … – qui va les stimuler et les « aider » à être plus performant(e)s pour rendre le travail à temps.

Lorsque l’on a peur, notre cerveau utilise un cocktail hormonal bien précis pour nous aider à combattre le danger. Ce cocktail est le trio d’hormones noradrénaline – un neurotransmetteur, c’est-à-dire une hormone sécrétée par le cerveau, adrénaline et cortisol – des hormones sécrétées par les glandes surrénales.

Ces hormones nous rendent alors plus efficaces car elles augmentent et accélèrent les fonctions vitales de l’organisme. On devient plus fort(e) pour faire face à la source de peur.

Cependant, en faisant appel trop souvent à ce cocktail hormonal dans la vie du quotidien, le stress devient alors peu à peu un stress chronique : un état d’anxiété généralisé qui fait voir la vie du mauvais côté et qui épuise l’organisme.

La peur est donc utile lorsqu’elle est ponctuelle et qu’elle nous aide à avoir le bon réflexe, mais si elle est omniprésente, elle devient nuisible à l’organisme et au moral.

2. Doit-on affronter ses peurs ?

Affronter ses peurs aide à mieux gérer la peur car comme le rappelle l’expression « la peur n’évite pas le danger ». Cette expression nous rappelle que le danger et la peur ne font pas qu’un.

En affrontant ses peurs on se rend bien souvent compte que la peur était finalement disproportionnée par rapport à la réalité, mais surtout on prend confiance en soi car on se sait plus apte à affronter un danger. Gérer la peur passe donc aussi par apprendre à l’affronter.

Néanmoins la peur est une émotion que chacun ressent à sa façon et pour certain(e)s il semble plus difficile que pour d’autres d’affronter ses peurs. Dans ce cas n’hésitez pas à demander de l’aide à vos proche ou à un(e) professionnel(le) pour vous aider à trouver les bonnes méthodes pour vaincre vos peurs petit à petit.

Fixez vous des objectifs pour dépasser vos grandes peurs comme vos petites peurs et ne vous découragez pas si vous n’y arrivez pas du premier coup. Gérer la peur prend du temps, demande de la tolérance et de la bienveillance envers soi-même.

3. Comment ne plus avoir peur ?

La peur, vous l’avez maintenant compris, est une émotion utile car elle permet à notre cerveau de commander nos supers fonctions pour qu’on soit réellement efficaces en cas de danger. Ne plus avoir peur du tout signifierait que l’on est insensible au danger, et cela nous mettrait alors bel et bien en danger car ne nous réagirions pas comme il le faudrait dans les réelles situations dangereuses.

Plutôt que de ne plus avoir peur, il faut veiller à gérer la peur au même titre que n’importe quelle autre émotion. Pour gérer la peur comme ses autres émotions, il faut équilibrer les fonctions du système nerveux central, celui qui agit sans que nous n’en ayons conscience.

Ce système nerveux aide à réguler les fonctions vitales et se sentir physiquement et mentalement plus serein. Pour parvenir à équilibrer le système nerveux central, le yoga, la méditation, la cohérence cardiaque ou encore la marche consciente sont des acticités à favoriser.

Ces pratiques régulent particulièrement les fonctions vitales et agissent naturellement sur notre système nerveux. Ainsi, avec une certaine régularité, elles aident à gérer la peur en contrôlant mieux ses ressentis émotionnels, physiques et physiologiques.

gérer la peur : les étapes à suivre

Pour vaincre la peur, il faut gérer la peur

Gérer la peur aide à la vaincre progressivement et c’est un objectif que vous devez entreprendre comme un défi face auquel il vous faudra de la réflexion et de la patience. Pour gérer la peur vous pouvez donc suivre les étapes suivantes maintenant que vous avez compris ses mécanismes :

  • Identifiez les situations qui provoquent du stress ou de la peur en vous et comment cette / ces peur(s) s’affronte(nt)
  • Déterminez si vous vous sentez capable d’affronter cette peur seul(e) ou si vous pensez que vous y parviendrai plus facilement en vous faisant aider – dans ce cas n’hésitez pas à faire appel à un(e) professionnel(le) pour vous aider
  • Apprenez à gérer les symptômes de la peur pour mieux la réguler, grâce notamment aux effets naturels du yoga, de la méditation ou de la cohérence cardiaque sur l’organisme.

Émotions

Pour devenir un(e) spécialiste de la gestion des émotions