les dangers des réseaux sociaux
Émotions, S'épanouir à l'école, S'épanouir dans sa carrière

Technostress (1/2) : les dangers des réseaux sociaux

Les dangers des réseaux sociaux sont à la fois liés au technostress mais ils génèrent également des stress relatifs à la confiance en soi ainsi que des dysfonctionnements émotionnels. Evidemment, tout n’est pas négatif dans ces nouveaux outils de communication numériques, mais connaitre les dangers des réseaux sociaux permet de mieux s’en prémunir. On vous dit tout dans cet article.

Pourquoi les dangers des réseaux sociaux sont à prendre au sérieux ?

Les dangers des réseaux sociaux sont à prendre au sérieux et à considérer avec attention. En effet, cela permet de préserver son système émotionnel et de pouvoir affronter le quotidien avec une dose de stress en moins.

En effet, les réseaux sociaux concourent à augmenter le technostress, à accroitre l’individualisme et la baisse de confiance en soi. Chez les plus jeunes, émotionnellement plus sensibles mais aussi plus influençables, ils peuvent être de véritables sources de mal-être. On aborde avec vous dans la suite de cet article certains dangers des réseaux sociaux.

Quels sont les dangers des réseaux sociaux ?

Trois dangers des réseaux sociaux sont particulièrement significatifs. Ils sont liés au technostress, on vous les présente et ensuite on vous donne des conseils pour vous protéger efficacement contre les dangers des réseaux sociaux.

1. Les réseaux sociaux augmentent la techno invasion

Un des facteurs à l’origine du technostress est la techno invasion. Si on prend la sphère professionnelle, la techno invasion se produit lorsque le numérique accroit la charge consacrée au travail. La techno invasion pousse à résoudre encore et encore les nouvelles problématiques en nous en informant, ce qui nous pousse à les résoudre le plus instantanément possible.

Être informé(e) est bien, mais être informé(e) en permanence empêche de « couper » pour se régénérer, c’est un des facteurs de la charge mentale et du burn-out. Un étude canadienne tend à montrer que plus la techno invasion issue de l’activité professionnelle est accrue, plus la sphère familiale s’en sentira impactée négativement.

En effet, le temps consacré à gérer la techno invasion est du temps qui n’est pas consacré à la famille, ou à se reposer pour être disponible pour sa famille. Ainsi cela génère en toute logique plus de conflits à la maison.

Ce phénomène de techno invasion déjà reconnu au travail, est également un des dangers des réseaux sociaux. Dans les réseaux sociaux, tout est fait pour maintenir actif(ve) sur les applications. Messages, abonnements, tweets, likes sont autant de notifications que nous recevons et qui poussent à se maintenir connecté(e) en permanence.

Ce signalement constant de l’activité du compte accroit d’une part le temps passé devant l’écran, mais diminue d’autre part le temps passé à agir dans le quotidien. Cette techno invasion due aux réseaux sociaux augmente significativement la procrastination et le sentiment de manque de temps.

Cela génère un stress supplémentaire inutile au quotidien et participe à accroitre les phénomènes de stress chronique.

2. Les réseaux sociaux poussent à la baisse de confiance en soi avec la techno insécurité

La techno insécurité est caractérisée lorsque la technologie provoque un sentiment d’insécurité, de menace.

A travers les réseaux sociaux et les écrans en général, nous sommes confronté(e)s à un grand nombre de publicités, plus de 3000 par jour en moyenne. Les réseaux sociaux sont aussi une vitrine sur la vie des uns et des autres puisque le principe de ces outils de communication est de relater à travers des posts, des storys, des tweets, ce que nous vivons ou pensons.

Les réseaux sociaux sont donc un petit peu comme une « vitrine » des existences des un(e)s et des autres. Une vitrine qui si l’on n’y fait pas garde, pousse aux doutes et à la baisse de confiance. En effet, le cerveau humain a naturellement des biais, c’est-à-dire des raisonnements ou des fonctionnements « très automatisés ». Ils aident le cerveau à agir vite et à traiter rapidement les millions d’informations perçues au quotidien.

Néanmoins, ces biais étant une forme de « pilotage automatique » du cerveau, ils nous empêchent aussi de réfléchir pleinement, comme de faire preuve de discernement. Ainsi, lorsque nous sommes absorbé(e)s devant les réseaux sociaux, notre capacité d’analyse et d’esprit critique diminuent avec le risque d’impacter la confiance en soi et l’estime de soi.

Les réseaux sociaux peuvent ainsi pousser à ne pas « se sentir assez bien », à douter de sa vie, de son physique, de sa personnalité… Bref, à ne se trouver jamais suffisamment à la hauteur, ce qui a pour effet d’impacter négativement le sentiment de sécurité, un des piliers de l’estime de soi. Ces effets se font ressentir de différentes manières :

  • baisse d’estime de soi
  • remise en question excessive
  • enferment dans une zone de confort
  • diminution des activités
  • procrastination
  • dysmorphophobie

3. Les réseaux sociaux sursollicitent nos systèmes émotionnels

Les réseaux sociaux s’appuient sur les émotions pour fonctionner. On le retrouve déjà dans le fonctionnement de base. On pose des likes, des commentaires, des réactions pour signifier ce qui nous plait ou ne nous plait pas. Et à l’inverse, on reçoit des likes, des commentaires, des réactions de la part des autres pour signifier si ce que l’on a publié est apprécié ou pas.

Ainsi notre système émotionnel est sollicité en permanence. Jusqu’avant l’avènement des réseaux sociaux, notre système émotionnel, sollicité en permanence puisqu’il nous permet d’agir en fonction de nos interactions avec les autres et l’environnement, avait tout de même plus de temps de repos, car les écrans étaient tout simplement moins présents.

Aujourd’hui lorsque nous passons du temps libre, voire une majorité du temps libre, sur les réseaux sociaux, on accroit l’utilisation de notre système émotionnel. Sans s’en rendre compte, on sollicite en permanence les émotions, qui elles-mêmes sollicitent nos fonctionnements physiologiques et physiques.

Cette sollicitation en permanence peut provoquer différents dangers :

  • la dépendance affective aux likes
  • un dysfonctionnement de l’intensité émotionnel (on ressent les émotions hautement intensément ou on ne ressent « rien »)
  • une addiction aux réseaux sociaux
  • une fatigue chronique
quels sont les dangers des réseaux sociaux

Comment se protéger des dangers des réseaux sociaux ?

Maintenant que vous avez connaissance de certains dangers des réseaux sociaux, voici notre liste de conseils pour vous en protéger :

  • Utilisez le limitateur d’écran pour contrôler votre temps passé devant les réseaux
  • Ne multipliez pas les réseaux sociaux choisissez en 3 au maximum afin de naturellement éviter d’y consacrer trop de temps
  • Consultez votre temps passé sur les réseaux pour mieux prendre conscience du temps que vous leur consacrez, ainsi il vous sera plus facile de contrôler votre usage des réseaux sociaux
  • Définissez un moment de votre journée qui sera consacré aux réseaux (le matin au café, le soir en fin de journée, pendant la pause de midi et deux…) et tenez-vous y. Ne regardez pas les réseaux à un autre moment.
  • Coupez les notifications de vos applications de réseaux sociaux afin de vous protéger de la techno invasion

Les dangers des réseaux sociaux ne sont pas une fatalité

Vous connaissez à présent certains dangers des réseaux sociaux. Ainsi vous allez pouvoir trouver de nouveaux fonctionnements pour continuer à profiter de ces formidables outils de communication sans que cela ne nuise à vos émotions ou à votre bien-être. Car vous l’avez compris, ce qui compte pour faire face aux dangers sociaux, c’est surtout l’utilisation qu’on en fait.

Néanmoins, avec l’arrivée des technologies numériques immersives, de nouveaux dangers numériques nous attendent. Comme pour les réseaux sociaux, on les expose dans le deuxième volet de cet article, afin que vous soyez un(e) du bonne usage des nouvelles technologies numériques.

Découvrir le deuxième volet de l’article : les dangers des technologies immersives