caractéristiques émotionnelles
Émotions, S'épanouir dans sa carrière

Les 6 caractéristiques émotionnelles de la personnalité

Le professeur Richard Davidson, psychologue à l’université du Wisconsin à Madison a défini 6 caractéristiques émotionnelles à la base de nos personnalités. Les connaître permet de mieux connaitre sa personnalité en découvrant plus précisément son profil émotionnel. 

Quelles sont ces caractéristiques émotionnelles et quels sont leurs impacts sur nos personnalités ? On vous dit tout en 5 minutes 🤓

Les caractéristiques émotionnelles

Ces précisions sur la personnalité apportées par le professeur Davidson ont été découvertes grâce aux neurosciences. En effet, c’est l’observation de l’activité cérébrale qui a permis de cibler différentes caractéristiques émotionnelles. 

Chacune des 6 caractéristiques correspond à un circuit cérébral particulier, c’est-à-dire une activation et une association de différentes zones spécifiques dans le cerveau. Ces circuits représentent nos fonctionnements biologiques émotionnels personnels, autrement dit nos personnalités ! 

Découvrez ces 6 caractéristiques émotionnelles sans attendre !

La résilience

Face à un choc, un évènement stressant ou un enchainement de difficultés dans la vie, on entend souvent qu’il faut faire preuve de résilience.
La résilience peut être aussi représentée par la capacité d’adaptation.
La résilience correspond donc à la capacité cérébrale à surmonter les difficultés.

Pour cela, le cortex préfrontal gauche se charge d’inhiber l’activité de l’amygdale à l’origine des émotions négatives. Cela signifie qu’il « évite » les informations « stressantes – négatives » émises par l’amygdale.

Plus le cortex préfrontal inhibe vite l’amygdale, plus la résilience est élevée.

La conscience de soi

Avoir conscience de soi signifie que l’on sait identifier et interpréter ses ressentis et ses émotions mais aussi ses sensations physiques – corporelles. La conscience de soi permet de se connaître et d’être un(e) expert(e) de soi-même. La conscience de soi est donc la capacité à détecter ses propres ressentis et émotions.

Le cortex insulaire – ou insula – est une partie du cortex cérébral et constitue l’un des lobes du cerveau. Son rôle est associé aux fonctions limbiques et l’insula interviendrait notamment dans le dégoût, la dépendance ou encore la conscience.

Plus l’insula et le cortex somatosensoriel collectent et analysent les informations envoyées par votre corps, plus vous parvenez à identifier vos états de tensions internes.

L’intuition sociale

En terme de recherche en intelligence émotionnelle, il existe un champs entier dédié à la gestion et l’analyse des émotions avec les autres. L’intuition sociale correspond à la capacité à détecter les signaux envoyés par les autres.

Le gyrus fusiforme est une région du cortex cérébral impliquée dans la reconnaissance des visages ou le traitement visuel des couleurs. Il nous permet de détecter les expressions, mimiques …

Plus le gyrus fusiforme a une activité élevé et plus l’amygdale – le siège des émotions négatives – a une activité faible, plus l’intuition sociale est élevée.

La sensibilité au contexte

La sensibilité au contexte ce n’est pas ici votre sensibilité face à une situation mais plutôt votre capacité à réagir de façon appropriée face à une situation. En intelligence émotionnelle, la façon la plus appropriée de réagir peut-être grossièrement représentée par l’équilibre entre ce qui est bon pour vous et ce qui est bon pour l'(les) autre(s).

L’hippocampe est le siège de la mémoire et c’est principalement cette partie du cerveau qui est mobilisée lorsque nous faisons appel aux souvenirs. Et se souvenir est particulièrement utile dans les situations de la vie. 

Cela permet de ne pas reproduire des erreurs, de décider rapidement de la meilleure des options … et donc d’améliorer notre capacité à réagir le « mieux possible ».

Plus l’activité de l’hippocampe, qui recherche en mémoire les informations, et du cortex préfrontal, qui analyse et tri les actions possibles, sont élevées, plus la sensibilité au contexte est élevée.

La perspective

La perspective correspond aux champs des possibles que l’on se laisse entrevoir … ou pas. Elle reflète notre capacité à vivre les évènements de façon positive ou négative. Et notre façon de définir nos perspectives agit fortement sur notre motivation !

Le noyau accumbens est le centre du plaisir et de la motivation. Il est également impliqué dans les circuits de la récompense. Le cortex préfrontal agit sur le noyau accumbens car il est capable de prolonger son activité et donc de nous maintenir en état de motivation ou de joie.

Plus les activités du noyau accumbens et du cortex préfrontal sont élevées, plus notre perspective, notre vision du champ des possibles qui s’offre à nous, est positive.

L’attention

L’attention est tout simplement la capacité à se concentrer. La concentration est un mécanisme dans le cerveau qui nous permet sans nous en apercevoir de « pratiquer l’inhibition cérébrale« . Autrement dit d’apprendre.

La concentration dépend de la flexibilité cognitive et de la flexibilité du cortex préfrontal. La flexibilité correspond de façon imagée à la « souplesse » de votre cerveau.

Plus le cortex préfrontal est flexible, plus l’attention est élevée et plus on atteint le flow, un état de concentration maximal

Alors, quelles sont vos caractéristiques émotionnelles dominantes ?

Votre positionnement – plus ou moins – face à chacune des 6 caractéristiques émotionnelles, constitue la palette émotionnelle de votre personnalité. Grâce à cette cartographie de nos fonctionnements biologiques émotionnels on apprend que rien n’est figé, tout peut évoluer,
même la personnalité.

En effet, le développement de l’intelligence émotionnelle permet d’accroitre, de faire évoluer ces caractéristiques émotionnelles et donc de faire évoluer notre personnalité. 

Pour aller plus loin et en apprendre plus sur votre personnalité, on vous invite à faire sans attendre notre test sur les intelligences multiples. La théorie des intelligences multiples a été développée par le psychologue Howard Gardner dans les années 70 – 80 et est utilisée en milieu scolaire et dans le cadre des bilans de compétences ou de projet de reconversion professionnelle

Ce test vous permettra de connaitre vos intelligences dominantes et d’en apprendre toujours plus sur vous et ceux – celles qui vous entourent.