biais cognitifs
Émotions

4 biais cognitifs qui nous jouent des tours

Un biais cognitif, c’est lorsque notre cerveau va vite, trop vite. Les informations se déplacent dans nos réseaux électriques à 120 mètres par seconde et sont traitées en 500 à 750 millisecondes ! 

Mais en allant aussi vite, notre cerveau prend parfois des raccourcis qui nous induisent en erreur ! On vous présente 4 biais cognitifs dans cet article !

L'effet d'ancrage

Lorsque nous recevons une première information à propos d’un sujet, nous restons généralement bloqué sur l’information reçue initialement. 

C’est un petit peu le phénomène de « la première impression est toujours la bonne » alors qu’en réalité c’est plutôt que nous restons simplement bloqué sur la première impression. 

Même si des informations viennent contredire notre première impression ! 

Le biais de confirmation

Notre cerveau n’aime pas douter car cela l’oblige à ralentir le traitement des informations pour se consacrer à la résolution du problème générer par le doute. 

Ainsi, nous avons naturellement tendance à sélectionner des informations qui viendront confirmer nos croyances profondes, nos opinions et nos convictions ! Ce biais cognitif nous empêche de nous remettre en question !

L'effet Backfire

Avez-vous remarqué que plus vous essayez de convaincre quelqu’un qu’il -elle a tort, plus vous le-la confortez dans ses convictions et ses certitudes.

 Et oui, lorsque nous voulons « obliger » une personne à changer son point de vue, notre insistance ne fait que renforcer son point de vue initial

Des études en neuroscience sur le mensonge ont ainsi rapporté que plus on confronte une personne à son mensonge, plus elle s’enfoncera dans son mensonge !

Le biais de négativité

Notre cerveau a tendance à voir les choses de façon pessimiste car c’est pour lui un moyen d’anticiper les dangers. Mais si le stress devient chronique, la perception négative s’installe et on a alors tendance à voir le verre systématiquement à moitié vide ! Même lorsqu’il est pourtant bien rempli !

Nos biais cognitifs sont déjà exploités en neuromarketing !

Alors que les découvertes sur les biais cognitifs commencent à être vulgarisées au grand public, de nombreux secteurs ont appris à les décoder et les utiliser ! C’est le cas par exemple en neuromarketing. 

Des biais cognitifs tels que l’effet de Halo, l’effet de nouveauté, le biais de rareté ou l’effet Ikea sont utilisés pour nous pousser à consommer une marque plutôt qu’une autre ou un produit plutôt qu’un autre !

Et vous, avez-vous reconnu des biais cognitifs qui vous caractérisent ?

Il existe près de 70 biais cognitifs, donc impossible d’y échapper. L’erreur est humaine car notre cerveau se trompe pour garder sa vitesse incroyable de traitement de l’information ! Et pour se sentir libéré(e) de certaines oppressions, il vaut mieux apprendre à travailler avec son cerveau plutôt que de laisser en pilotage automatique !