dépasser la honte
Émotions, S'épanouir à l'école

Adolescence difficile : pourquoi à cet âge on dérape ?

Une adolescence difficile participe à impacter négativement la trajectoire d’un(e) ado car c’est généralement le moment où les ados font n’importe quoi. L’adolescence est la période de tous les comportements à risque : alcool, drogue, conduite sexuelle à risque, mal bouffe …

La liste est longue dans un rapport de l’INSEE en 2013 ! Mais pourquoi donc adolescence difficile est synonyme de conduite à risques ? Et qu’est-ce qui explique une plus grande immaturité à cette période de la vie qui rend l’adolescence difficile ?

La gaine de myéline n’a pas fini sa croissance à l’adolescence

Les psychologues américains Christos Constantinidis et Beatriz Luna ont identifié que les systèmes inhibiteurs n’ont pas achevé leur développement à l’adolescence. Les systèmes inhibiteurs nous permettent de corriger nos fonctionnements et de développer notre capacité à réagir de la meilleure des façons.

En effet, lorsque nous sommes face à une tâche, notre cerveau a des réactions réflexes. Pour dépasser ces réactions réflexes – et ainsi progresser, apprendre, comprendre – des connexions inhibitrices se mettent en action dans le cerveau. C’est ainsi qu’on « neutralise » la réaction réflexe initiale pour arriver à une réaction voulue.

Or à l’adolescence, même si les systèmes inhibiteurs sont en place, ils manquent encore de maturité. Les connexions entre les différentes aires ne sont pas toutes fonctionnelles car la gaine de myéline n’est pas achevée.

Cette gaine conduit la substance blanche cérébrale et entoure les prolongements des neurones pour faciliter la transmission des informations.

Le manque d’éducation à la gestion des émotions participe à une adolescence difficile

L’immaturité à l’adolescence est aussi caractérisée par l’impulsivité. On agit naturellement par réflexes : vite et sans anticiper les conséquences puisque notre cerveau est encore en cours de développement. L’immaturité n’est donc pas seulement un problème de manque de volonté c’est aussi un problème de gestion de l’impulsivité.

Dans l’article de Christian C. Joyal et Alexandre Dumais, on apprend que l’impulsivité peut se distinguer en 4 catégories :

  • Le sentiment permanent d’urgence
  • Le manque de planification
  • Le manque de persévérance
  • La recherche de sensations
adolescence difficile : l'impulsivité

L’impulsivité c’est un peu la frustration retenue qui soudain explose et peut faire de nombreux dégâts. La frustration fait partie dans la roue des émotions de Plutchik, des émotions liées à l’émotion principale du dégoût où on retrouve aussi l’ennui et l’aversion.

Des émotions particulièrement fréquentes et intenses au cours d’une adolescence difficile. Ces émotions négatives s’équilibrent avec l’émotion principale de la confiance où l’on retrouve l’acceptation et l’admiration.

Eduquer les adolescents à comprendre, identifier, interpréter et gérer leurs émotions est absolument indispensable pour limiter les conduites à risque. Eduquer aux émotions passe par différentes étapes, comme dialoguer, parler soi-même de ses émotions avec son – ses ado(s) et les aider à les exprimer.

Pour exprimer ses émotions, rien ne vaut une passion. Vous pouvez aider votre ado à trouver une passion, une activité qui l’épanouit afin de lui permettre de prendre du recul sur ses émotions et à les exprimer.

Les ados sont comme les adultes mais en plus sensibles car leurs systèmes de défenses physiques et émotionnels n’ont pas fini leurs croissances. Les aider à développer leur systèmes émotionnels les aidera à faire preuve de moins d’impulsivité et à vivre une adolescence moins difficile.

Adolescence difficile et conduite à risque : gestion des émotions pour tout le monde au programme

Une adolescence difficile est une épreuve pour l’ado qui traverse cette période comme pour sa famille qui la vit à travers lui – elle. La gestion des émotions est donc l’outil n°1 dont vous devez vous emparez si votre ado traverse difficilement cette étape.

La gestion des émotions vous aidera à faire preuve de patience pendant qu’elle aidera votre ado à mieux réagir face à ses frustrations et son impulsivité dont on sait aujourd’hui qu’elle n’est pas le seul résultat de la volonté.